Les étoiles s’en balancent – Laurent Whale
Livres / 16 septembre 2017

On rigole bien avec les derniers avions et ULM dans la France post-apocalyptique ! Non sans rappeler la série de l’autoroute sauvage de Julia Verlanger, Laurent Whale nous narre des aventures aériennes dans une France – et plus particulièrement une région parisienne – d’après crise. Le héros, Tom Costat est un des rares pilotes d’ULM qui fait la route, au mépris du danger, entre les restes d’agglomération entourées de murs et des zones sauvages omni-présentes. Si le sujet peut paraître sérieux, et les petits articles des médias des années 2030 qui rappellent l’époque actuelle y font penser, Laurent Whale a écrit un roman détendant. Par exemple, par un subterfuge littéraire, il a fait disparaître le sujet religieux. On est donc bien dans un récit post-apocalyptique avec tout ce que l’on peut imaginer d’attenant, mais pas dans un roman réaliste au détail près. Les étoiles s’en balancent est un divertissement agréable même s’il se permet de tirer la sonnette d’alarme. C’est aussi le message très sympathique du roman : malgré l’adversité, il faut garder bon moral. Il y aura toujours des difficultés que nous prendront plaisir à surmonter en nous amusant. Il y aura l’amour aussi et des avions, faut-il ultra-légers, pour voler !

Anges de fer, paradis d’acier – Serge Brussolo
Livres / 14 septembre 2017

Ce roman se lit parfaitement indépendamment de Frontière Barbare dont il est la suite. Au travers de l’humour, de l’absurde et de la science-fiction, Brussolo nous fait voyager dans un monde haut en couleur, exubérant et fou, en compagnie de David Sarella, quinquagénaire rajeuni et seule personne à peu près normale dans cet univers dominé par le clone du pape Nothanos III, des entités divines égoïstes, et une bizarre planète sauvage et inhabitable. Anges de fer, paradis d’Acier est, on le devine, une satire de l’époque contemporaine où les égoïsmes individuels encouragent à vouloir sans limite tout et n’importe quoi. Ainsi on s’amuse beaucoup de ces jeunes adolescents auxquels une nouvelle loi permet de vieillir prématurément pour ne pas avoir à subir le diktat de leurs parents adultes, ou de ces transformistes qui souhaitent, au nom de leur droit personnel, devenir arbre millénaire ou chute d’eau. L’église et le pape décrit par Brussolo ne sont pas chrétiens, mais chacun et en particulier les chrétiens saura apprécier les plaisanteries de bonne guerre sur l’église du Pardon Universelle Intergalactique. Nous vivons une véritable époque d’égoïsme et de folie. Cette folie a de quoi faire perdre ses repères. Brussolo a su magnifier notre…